Publié par 295 commentaires

Faire ce que l’on aime

article-faire-ce-que-l-on-aime-la-boite-ateliers-creatifs-5808

Faire ce que l’on aime

Peur du jugement des autres

J’ai longtemps hésité avant de faire ce que j’aime le plus dans la vie parce que j’avais peur de faire une folie et d’être jugée ! Il a fallu que je sois au bout du rouleau et que je n’ai plus rien à perdre pour me lancer. Quand on est au fond de l’océan, il nous reste qu’à monter.

Remises en question

Il a fallu que je remettre ma vie en question plusieurs fois, savoir ce qui était important pour moi et confronter la réalité que j’ai qu’une seule vie à vivre et que la mort était inévitable. J’ai accompagné mon père jusqu’à la frontière, plus un sous en poche, pour enfin me donner du temps de repos pour affronter les épreuves de la vie avec la seule chose qui me faisait du bien : créer.

L’échappatoire pour mieux se retrouver

J’avais besoin de me donner un moment de liberté, d’échappatoire, de bien-être et un besoin de mettre un peu de beauté dans ce monde de fous ! J’avais besoin d’un but pour poursuivre et j’avais besoin aussi d’un moment pour cesser de penser et de me libérer des tensions et du stress.

S’entourer de beauté

Je voulais m’entourer de beauté et de couleurs et de peindre mes journées grises en arc-en-ciel. Je voulais retrouver l’enfant en moi qui s’émerveillait d’un rien et qui avait du plaisir avec si peu. C’est devenue une thérapie de l’âme et un retour aux sources nécessaires pour retrouver qui je suis.

La découverte et l’apprentissage

J’ai tout essayé ou presque et je n’étais plus capable de m’arrêter !  Passant du tricot à la broche, au crochet et puis à la couture, de la peinture à la spatule, aux pinceaux, textures et techniques mixtes à l’écriture. Tout ce que je trouvais laid je l’embellissais haha ! C’est comme si un barrage venait d’exploser et rien pour ne pouvait arrêter le déluge ! Remarquez que je n’avais pas l’impression de m’avoir privé toutes ces années mais il faut croire que quand on trouve sa voie cela fait des vagues.

Comprendre ce qui nous anime

Après avoir calmée la tempête artistique, j’ai compris que je devais poursuivre dans ce chemin d’explorations et découvertes pour enfin comprendre qui je suis et ce qui m’anime dans la vie. Mes valeurs étaient toujours les mêmes mais maintenant j’avais la certitude que de faire ce que l’on aime dans la vie nous rend plus heureux que de se rouer pour un emploi ennuyant.

Peur de manquer d’argent

De toute façon, j’ai réalisé avec les années, qu’aucune sécurité d’emploi existait vraiment. Et puis, comme je considérais que je n’avais plus rien à perdre, c’est là que j’ai beaucoup gagné. Même si financièrement ce n’est pas toujours évident, il y a toujours des solutions pour subvenir aux besoins.

Poursuivre vers notre bonheur

Quand nous sommes où il faut, reconnaissant de la chance que nous avons et proactifs dans le bonheur, la vie ne peut que nous aider à poursuivre dans la bonne direction. Parfois cela peut être long, mais comme on dit, ce n’est pas la destination mais bien le chemin parcouru qui nous fait grandir. Faites ce que vous aimez le plus longtemps que vous le pouvez, à petit feu s’il le faut.

Ne jamais abandonner

Ne jamais abandonner et toujours se dépasser! Et ce que les autres pensent ne vous regarde pas. Écoutez votre voix intérieure et balayez les jugements. Continuer de vous accomplir pour vous et non pour prouver aux autres que vous êtes capable de réussir. Prenez parfois une pause et demandez-vous si ce que vous faites concorde avec vos valeurs et votre coeur.

Je vous souhaite de vous réaliser et découvrir un univers créatif où vous vous surpassez à tous les jours !

Découvrez nos cours en ligne pour apprendre de la maison

cours-en-ligne-la-boite-ateliers-creatifs-1

Publié par Un commentaire

En avoir pour son argent ; L’artisan ou le client ?

article-en-avoir-pour-dson-argent-la-boite-ateliers-creatifs-5808

En avoir pour son argent ; L’artisan ou le client ?

Faire des produits de qualité à un faible coût pour accommoder l’acheteur

Un sujet tabou qu’il faut parler

Voici un sujet tabou que je veux élaborer depuis un bon moment : en avoir pour son argent. Ce sujet mérite de s’y attarder. Bon nombre d’artisans ou créateurs québécois vivent à temps partiel de leur passion. Pourquoi? Parce que leur profits ne sont pas suffisants pour en vivre à temps plein. Ils doivent suivre la tangente de faire des produits de qualité à un faible coût pour accommoder l’acheteur et se scier une place sur le marché actuel. Mais à quel prix? Je vais vous soumettre quelques points marquants qui sont souvent demandés par les clients (acheteurs) québécois et qui devraient répondre à plusieurs questions pour ces derniers. À l’inverse, j’expliquerai la réalité du créateur et tous les frais qu’il peut subir afin d’offrir ses créations selon la demande.

 

Une forte croissance des achats de produits faits au Québec

L’achat local

Depuis quelques années, il y a une forte croissance des achats de produits faits au Québec. Sur ce point, je trouve que le fait d’encourager les artisans est en soi une merveilleuse idée qui prend de l’ampleur et qui mérite une attention particulière.

Vous encouragez les gens d’ici

L’achat local permet d’encourager et de créer de l’emploi au Québec. Il permet aussi de garder l’économie active, d’apprécier ce qui se crée ici et de l’afficher fièrement. D’un point de vue plus écologique, il permet de diminuer les livraisons mondiales qui émettent énormément de gaz à effet de serre. Aussi, plusieurs commerçants essaient de diminuer le sur-emballage et de limiter les dégâts liés à la sur-consommation. L’achat local permet aussi d’encourager des mères au foyer, des gens qui veulent vivre de leur passion ainsi que des artistes qui essaient de faire leur place et de se distinguer dans le milieu.

Du talent exceptionnel au Québec

Il y a tellement de talent incroyable au Québec! Honnêtement, j’en découvre toujours des nouveaux à chaque jour et je me dis :  » WOW!  » ou  » Méchante bonne idée! » ou « C’est fou le talent ici! ». Il faut dire que la vente en ligne aide beaucoup ceux-ci à se faire voir et diminuer les coûts en produisant de la maison. Mais effectivement, tout cela a un juste prix et j’y reviendrai plus tard. Mais , l’essentiel c’est que plus l’achat local augmente (la demande) plus le prix diminuera. C’est la loi de l’offre et la demande.

 

La mentalité du beau bon pas cher

La majorité des acheteurs québécois veulent un produit de qualité pour un prix raisonnable. Bref, ils en veulent pour leur argent. Je comprends. Moi aussi je suis prise là-dedans mais je connais les coûts reliés au fait à la main et les délais aussi pour la production. Mais, je me demande, le Handmade est totalement à l’opposé du système de consommation de produits de masse… De ce fait, il ne peut avoir le même coût ni le même résultat. Ce n’est pas tout le monde qui connaissent les différences qui définissent les coûts et, pour se faire, j’aimerais brièvement offrir les distinctions que l’on retrouve entre ce qui est fait main et industriel.

Produits faits main et industriels

Produits faits main

Produits personnalisés et à l’image du client

Les produits faits main le disent : Ils sont faits à partir des mains de l’artisan. Il peut parfois y avoir des défauts ou des erreurs humaines. Or, ces produits sont construits à partir de matériaux de la qualité et souvent consciencieux de leur source d’approvisionnement. Ils sont aussi uniques et produits en faibles tirage. L’artisan offre souvent des produits personnalisés et à l’image du client (sur mesure). Ces raisons s’opposent totalement à la production industrielle car elles misent sur la qualité, la personnalisation et l’unicité. Il est donc difficile d’offrir des prix relativement bas pour absorber les coûts de fabrication.

Les frais de livraisons et les raisons

Le produit est fait à la main (ce qui demande plus de temps), en faible lot (ce qui occasionne des frais plus élevés des matériaux), occasionne des frais de livraison plus élevés, car les envois ne sont pas assez volumineux pour avoir le même prix que les grosses compagnies ce qui peut affecter le coût variant de 12-20$ l’envoi et selon la région de la commande. Les prix sont différents selon le format, le poids et les dimensions du colis ainsi que du lieu. Le fait de l’envoyer au provincial, ou au national, ou à l’international  peut changer la donne. Tous ces faits énumérés expliquent brièvement les coûts relatifs à la production de produits faits à la main. Évidemment, je n’ai pas énuméré le nombre d’heures que chaque produit requièrent pour sa réalisation. Donc,  oui les coûts sont plus élevés, ou du moins, l’artisan tente d’offrir un produit de qualité en minimisant ses profits net avec des prix justifiables et abordables et créant des produits qui dureront dans le temps!

Produits industriels

Produits souvent exécutés à l’extérieur du Québec pour avoir de faibles coûts de main d’oeuvres et des matériaux

Les produits industriels sont totalement à l’opposé des produits faits main. Ils sont usinés, c’est -à-dire, produits en usine et souvent exécutés à l’extérieur du Québec pour avoir de faibles coûts de main d’oeuvres et des matériaux. Voir même, pour certaines compagnies dont on ignore, exploiter les employés à des prix dérisoires. Il y a aussi l’exploitation d’enfants, de conditions de travail assez médiocres et j’en passe! Ce n’est pas toutes les compagnies qui procèdent de la sorte. Souvent, elles se consolent en se disant qu’elles donnent du travail à des populations qui n’en avait pas avant (mais à quel prix). Je ne crois pas que cela justifie les moyens. Au bout de la ligne, les gens qui s’en mettent plein les poches sont les dirigeants! Or, tout ce système permet d’offrir, depuis l’ère de l’industrialisation, des prix relativement bas. Il y a plus de machines robotisées qui travaillent mais l’intervention humaine reste quand même importante lors du processus. Ces dites compagnies reçoivent et offrent des coûts faibles par leur production massive.

Des produits identiques et répétitifs de courte durée

Autre point, le travail à la chaine construit le même produit identique en lot. Comme le fait main, il y aura des défauts de fabrication qu’on ne peut échapper. Par contre, un tri sera fait pour offrir le meilleur au client. Cependant, depuis cette avenue, vous constaterez que les produits ne durent pas dans le temps. Ils sont spécialement conçus pour en vouloir des nouveaux rapidement et de consommer massivement.

Consommation excessive qui pollue l’environnement

Cela occasionne d’énorme quantité de déchets et de pollution dans l’environnement autant de la part du producteur que du consommateur. Le pire polluant est la fabrication de tissus pour la mode et tous les déchets qui entoure cet univers de consommation. Vous comprendrez aussi, que les prix de main d’oeuvre, de production, de livraisons et de ventes de ces produits industriels, peuvent indéniablement être offerts à la baisse pour tous.

Un documentaire qui percute: The True Cost

Je vous invite à visionner le documentaire percutant The True Cost sur Netflix à ce sujet. Impossible de rester indifférent à ce fléau. Vous réaliserez que ce que l’on achète encourage et prend part à ce qui se passe actuellement. Avoir conscience de la provenance du produit, de qui le crée et dans quelle condition ainsi que des impacts sur l’environnement, remets en place nos convictions. Notre pouvoir d’achat c’est de choisir de façon responsable ce que l’on achète et ce que nous décidons d’encourager.

the-true-cost-movie

Les différentes catégories de produits faits à la main

Basse, moyenne et haute qualité

Comme tout bon marché, il y a trois catégories de produits faits à la main : Le pas cher alias cheap (de base, faible coût produits de basse qualité), celui qui offre une qualité relativement bonne pour son prix (intermédiaire) et le haut de gamme (de luxe). Ce qui est important de savoir ici, c’est qu’il est impossible d’avoir un produit de qualité à bas prix et d’exiger de la qualité (à moins d’avoir une vente à rabais incroyable). Tout le monde en veut pour son argent, c’est vrai, et tout dépend des besoins de chacun. Il est utopique pour un commerçant d’offrir un produit de luxe à faible coût et offrant en plus la livraison gratuite. Cette demande dérisoire est plus fréquente qu’on ne peut se l’imaginer. D’où l’importance de ce texte, qui explique aux gens les réels coûts et réalités de l’artiste québécois que vous encouragez.

Encourager un artisan local mais on ne veut pas payer trop cher

Et là je me questionne. Ces demandes se retrouvent souvent sur des groupes qui encouragent l’achat de fabricants québécois. Si j’ai bien compris, on veut encourager un artisan local mais on ne veut pas payer… J’ai même fait des captures écran de toutes ces demandes qui me semblaient impossibles mais je les garde pour moi haha! En résumé les voici :  » pas cher,  qui coûte pas les yeux d’la tête, qui coûte pas un bras, qui sont abordables, qui offre la livraison gratuite, qui coûte pas X montant « , « À prix raisonnables », « En bas de 15$ avec livraison comprise », « Qui ne me coûte pas le prix du produit en livraison », et j’en passe. Est-ce que je réponds et offre mes services à ces demandes? La réponse est : non. Pourquoi? Parce que je ne correspond pas à leurs demandes et connais le coût de production, des matériaux et de livraison de mes produits. Si j’accepte ces demandes pour « vivre de mon art » je vais simplement survivre où finir par débourser de ma poche voir même offrir le tout gratuitement. Mais, je ne veux pas juger ici, je veux simplement vous démontrer à quel point la société de consommation de masse affecte la production artisanale.

Une niche en demande

Si cette niche est en demande, c’est qu’il y a probablement une « écoeurite aigue » des produits qui ne durent pas et qui sont tous pareils. Mais, je me dis, pour certains « un bras » ou « les yeux dla tête » c’est quel prix au juste? Je crois que les gens devraient écrire plus tôt le montant qu’ils sont prêts à mettre pour le produit fait main. Cela fâcherait moins les artisans et vous trouveriez plus rapidement ce que vous cherchez au prix que vous désirez mettre. Ou au contraire, peut-être qu’à ce moment, certains réaliseront que leurs demandes est hors marché ou qu’ils en trouveront pour leur argent. Mais comme dans toute chose, il y a un prix pour des demandes spécifiques. Si vous demandez à un artisan c’est probablement parce que vous désirez obtenir quelque chose qui ne se retrouve pas sur le marché actuel.

 

Comment bien choisir ses produits faits main?

Il est possible de trouver des produits d’artisans à prix ridiculement bas mais vous aurez la qualité qui viendra avec. Vous pouvez aussi trouver des produits dont vous en aurez pour votre argent versus la qualité du produits et je crois que c’est cette catégorie qui a la cote en ce moment ou trouver des produits haut de gamme à des prix élevés. Vous constaterez qu’il se peut que vous payez un prix de fou et aurez un produit médiocre! Vous devez alors bien choisir, tester des produits et demander des recommandations afin de bien cibler et répondre à votre besoin.

 

Comment s’adapter au marché comme artisan?

Je vais vous offrir plusieurs suggestions pour garder le cap sur le marché actuel du « handmade » mais je ne me considère pas prophète et je suis moi-même en constante réflexion pour toujours améliorer mes produits. Je pourrais même écrire un second article détaillé sur les trucs et astuces pour être un artisan exceptionnel mais je vais simplement vous énumérer quelques suggestions/solutions/comportements à adopter pour rayonner.

Des promotions

Lorsqu’on débute, il est impossible d’offrir un produit parfait et faire du profit élevé. Il faut prévoir des ajustements, d’améliorer son produit et de rester à l’écoute des commentaires de vos clients. Pour vous faire connaitre, vous devrez faire des promotions, des rabais de façon récurrente et raisonnable pour vous faire voir ainsi que de promouvoir votre entreprise de diverses façons (site web, publications médias, réseautage,publications médias sociaux, blog, collaboration,faire tester les produits à votre entourage ou des influenceurs du milieu,etc.).

Les frais de livraison

Vous pouvez offrir la livraison gratuite mais vous devrez augmenter vos prix de produits pour compenser. Sinon, vous pouvez aussi payer une partie de ces frais ou offrir la livraison gratuite après achat d’un montant déterminé. Si vous décidez d’envoyer uniquement des produits dans les enveloppes et n’excédant pas le 2 cm d’épaisseur, vous sauverez en coût d’envois mais vous n’aurez aucune garantie que votre client recevra le produit ou que la poste le rende à bon port. Vous pouvez vous créer un compte entreprise avec Poste Canada ou trouver des regroupements de partenaires pour sauver sur les frais d’envois. L’idéal serait de toujours envoyer vos produits version colis avec signature pour vous garantir la date de réception, le suivi du colis et l’accusé-réception avec la signature du client (qui devient incontestable si l’on vous dit que le colis n’a jamais été reçu). Cela coûte plus cher mais envoyer à nouveau une commande en double vous coûtera probablement beaucoup plus. Et, il faut le mentionner, il a parfois des clients malhonnêtes qui disent ne pas avoir reçu le colis ou l’enveloppe. Parfois cela est vrai d’autres fois non. Vous ne pouvez prouver dans ce cas et devez répondre rapidement à la demande du client pour rectifier la situation.

Vendre ce que vous disposez en inventaire

Nous faisons souvent l’erreur d’offrir un énorme choix de produits/tissus pour les clients. Essayez de vous centraliser sur les produits gagnants (les plus populaires) et offrir moins de choix et ainsi diminuer votre inventaire d’un même produit. Vous allez sauver en frais et en temps. Offrez des produits qui sont livrables dans l’immédiat. Souvent, les gens magasinent pour un achat rapide. Dans d’autres cas, ce sera des produits faits sur demande et personnalisés et les délais/coûts ne seront pas les mêmes évidemment. Le fait de l’avoir en inventaire vous permettra de garder le flot lorsque vous aurez beaucoup de commandes et de pouvoir mettre en attente un produit s’il est en rupture de stock. Lors des périodes plus calme vous pourrez reprendre la production et remplir vos stocks.

Offrir un service client impeccable

Le service à la clientèle est selon moi un des plus important. Dans la plupart des cas, les clients achètent vos produits mais surtout votre personnalité et votre approche. Soyez toujours à l’écoute et soyez compréhensif. Écoutez leurs demandes, leurs critiques sans réagir fortement. Cela vous permettra de vous améliorer! Offrez des remboursements partiels pour accommoder vos clients qui sont déçus ou offrez de retourner le produit dans un état impeccable et dans un délais rapide! C’est le coût de l’apprentissage, mieux vous travaillerez, meilleurs seront vos produits et moins de retours vous aurez! Donc, le service après-vente est primordial aussi! Mieux vaut un client satisfait que de mauvaise langue pour détruire votre réputation durement gagnée! Vous n’avez pas besoin de cela! Simplement prévoir ces coûts à votre budget car ils sont réels et souvent oubliés. Et mon dernier petit conseil, mettez-vous toujours à la place du client, si vous êtes ce client vous voudriez aussi un service hors pairs. Agissez comme vous voudriez qu’on le fasse pour vous !

J’aurais tellement d’autres points à élaborer mais je vais en garder pour un prochain article !
Merci pour votre lecture!

Si vous désirez m’encourager comme artisane c’est par ici –> Consultez notre boutique en ligne

Publié par 2 commentaires

Comment faire des tawashis zéro déchet

comment-faire-des-tawashis-zero-dechet-la-boite-ateliers-creatifs

Comment faire des tawashis zéro déchet

Le tawashi c’est quoi?

Son origine provient du Japon. Ils étaient traditionnellement fabriqués à partir d’un palmier à base de chanvre pour ensuite être utilisés comme éponge à récurer. Aujourd’hui, le tawashi est une alternative zéro déchet aux éponges commerciales. Au lieu d’acheter des éponges (qui ne sont pas récupérables et surtout dommageable pour l’environnement), l’idée est de récupérer des tissus désuets comme des chaussettes et de les tisser en éponge en leur donnant une seconde vie.

Donner une seconde vie à nos vieilles chaussettes

De ce fait, vous pouvez déjà commencer à mettre de côté les chaussettes solo ou celles qui sont trouées afin de les couper en bandes uniformes et de les tisser pour créer un tawashi! Vous pouvez aussi le faire avec des « leggings » ou des bas collants. Autre option, récupérer des t-shirts coupés en bandes et cousus en anneaux pour former un élastique. Cette dernière façon demande plus de temps mais permet de récupérer tout ce qui serait mis normalement aux poubelles. Peu importe le moyen, il vous faut des élastiques d’environ 6 pouces une fois étirés.

Créer son métier à tisser c’est facile !

Vous pouvez créer un petit métier à tisser en utilisant des matériaux accessibles à la maison. Dans le tutoriel vidéo, nous vous suggérons 4 façons de créer vous-mêmes votre métier à tisser selon vos besoins. Vous pouvez créer à partir :

  • d’un carton ondulé 6×6 pouces provenant d’une boite
  • d’une boite 6×6 pouces et de 24 épingles à linge
  • d’un canevas (toile à peindre) où vous retirez la toile pour garder seulement le cadre de bois
  • d’un cadre photo en bois en y ajoutant des petits clous (quantité de 40 minimum selon le format du cadre choisi)

SI vous désirez garder votre métier à tisser pour plusieurs usages alors je vous suggère la dernière méthode. Mais, si vous désirer simplement essayer la technique pour le plaisir, le carton ondulé ou la boite et les épingles feront amplement le travail.

Comment faire des tawashis?

Il est plus facile de montrer comment les faire en vidéo ou en personne que par écrit. Je vais tenter de vous expliquer brièvement le fonctionnement. Pour créer un tawashi, il vous faut un métier à tisser et des bandes élastiques. Vous pouvez créer le métier à tisser ou vous en procurer un neuf mais, j’aime bien montrer aux gens comment tout faire soi-même et le projet devient encore plus enrichissant de cette façon! Vous devez couper vos chaussettes en bandes et elle seront disposées d’un clou à l’autre verticalement et horizontalement. Il faut aussi que les bandes s’entrelacent en les passant par-dessus, ensuite par-dessous pour bien grouper chaque élastique. Cela crée une trame de tissage. À la fin, vous devez fermer le projet en passant chaque bande une dans l’autre à tour de rôle. Vous terminez avec un noeud pour bien fermer le projet et éviter qu’il ne se défasse. Je vous invite à regarder le tutoriel vidéo ci-bas dans l’article afin de mieux comprendre les étapes de création.

Belle activité à faire en famille!

Cette activité est une belle opportunité afin de créer en famille et de tisser des liens (jeu de mot haha). Avec un peu d’aide, les enfants pourront faire tout le processus avec vous et répéter l’expérience quand il le faut. Ils comprendront l’importance de récupérer et de ne pas jeter leur bas troués! Ils développeront leur dextérité fine et auront beaucoup de plaisir à les utiliser après leur création! Plaisir garantie!

Tutoriel vidéo

Vous pouvez aussi visionner notre tutoriel vidéo pour suivre les étapes du projet plus facilement.

tutoriel-video-tawashi-zero-dechet-la-boite-aetliers-creatifs4

 

Voici d’autres articles à lire sur le zéro déchet :

Le zéro déchet c’est quoi?
Pourquoi La Boîte ateliers créatifs a pris le virage zéro déchet?

 

Découvrez nos produits zéro déchet